(Redaction en cours)

Les composés aromatiques présents dans le cannabis, appelés terpènes, jouent un rôle de plus en plus apprécié dans les bienfaits médicinaux de la plante. Ces terpènes appartiennent à une catégorie différente de celle des cannabinoïdes (par exemple, le THC et le CBD), et c'est peut-être pour cette raison qu'ils ont fait l'objet de beaucoup moins d'études.

Le cannabis produit un large éventail de terpènes, mais nous nous concentrons aujourd'hui sur le linalol en raison de ses nouveaux avantages thérapeutiques.

Un aperçu des terpènes du chanvre

On a traditionnellement pensé que les terpènes ne faisaient que contribuer à l'expérience subjective du cannabis en enrichissant son arôme et sa saveur. Plus récemment, les terpènes ont attiré l'attention avec l'émergence de "l'effet d'entourage", qui propose que les avantages thérapeutiques du cannabis soient améliorés par l'ajout de plusieurs cannabinoïdes et terpènes par rapport aux cannabinoïdes seuls. Cela suggère que les terpènes peuvent moduler la force des cannabinoïdes individuels sur les cibles cérébrales et corporelles. Mais l'effet d'entourage n'exclut pas les actions directes des terpènes eux-mêmes sur différentes cibles dans le corps.

Le concept selon lequel les terpènes ont un impact direct sur la fonction cérébrale peut sembler évident pour certains, mais pendant de nombreuses années, il était difficile de différencier l'effet direct des terpènes sur la fonction cérébrale de leur effet indirect sur l'humeur et l'état subjectif par la modulation du traitement olfactif (c'est-à-dire votre odorat). L'odorat est étroitement lié aux centres d'émotion et de mémoire du cerveau, établissant une cause et un effet potentiels entre l'agréable parfum floral de lavande (cause) du terpène, le linalol, et une humeur détendue et améliorée (effet). Si la sensation olfactive peut encore contribuer à l'effet du terpène, on pense aujourd'hui que les terpènes affectent directement le traitement cérébral en modulant le comportement des cellules cérébrales.

L'arôme du linalol

Le linalol n'est pas spécifique au cannabis. Son odeur caractéristique de lavande avec un soupçon de piquant est commune à plus de 200 types de plantes. En fait, il est si commun que même ceux qui ne consomment pas de cannabis finissent par consommer plus de deux grammes de linalol chaque année dans leur alimentation. Cela peut sembler beaucoup, mais le risque d'effets indésirables est très faible. Le linalol ne reste pas longtemps dans l'organisme et ne s'accumule pas comme les cannabinoïdes qui sont stockés dans les tissus adipeux du corps et du cerveau.

Souches de chanvre contenant du linalol

Peu de variétés de cannabis contiennent des niveaux élevés de linalol ; il fait rarement partie des trois terpènes les plus abondants d'une variété. Mais vous trouverez ci-dessous quelques variétés dont le linalol est le troisième terpène le plus abondant.

La souche Do-Si-Dos contient une quantité de linalol supérieure à la moyenne, mais ce n'est que le troisième terpène le plus abondant dans son profil en moyenne. Il apparaît sous la forme de la couleur violette dans les fleurs de la souche Leafly, comme celle de Do-Si-Dos ci-dessus.

Les avantages potentiels du linalol

Pourquoi tant de plantes différentes produisent-elles du linalol ? Ses propriétés antimicrobiennes sont protectrices pour la plante et représentent un usage thérapeutique potentiel chez l'homme. On ignore s'il a été utilisé comme un antibiotique précoce, mais le linalol (souvent sous forme de tiges et de feuilles de lavande ou d'arachide) a été utilisé dans les pratiques de médecine traditionnelle pour ses propriétés sédatives et antiépileptiques.

Les souris exposées aux vapeurs de linalol présentent des niveaux d'anxiété réduits et des comportements de type dépressif moindres. Dans ces tests, les souris exposées aux vapeurs de linalol passent plus de temps dans des environnements qui suscitent la peur, et elles continuent à travailler pour échapper à une situation apparemment sans issue. Ce n'est pas exactement comme les tests d'anxiété et de dépression en clinique, mais dans ces mesures bien validées, le linalol semble aider.

Le linalol rend également le système immunitaire plus résistant aux effets destructeurs du stress. Le stress entraîne un changement dans la répartition des globules blancs dans l'organisme (c'est-à-dire les cellules du système immunitaire) ; le pourcentage de lymphocytes diminue et celui des neutrophiles augmente. Chez les rats, le linalool a empêché cette modification et, ce faisant, a empêché les changements induits par le stress dans la façon dont l'ADN des rats était exprimé. Il est intéressant de noter que, selon les auteurs, cette protection est due à la capacité du linalol à activer la réponse parasympathique de l'organisme, qui est activée lorsque le corps se repose et digère les aliments, ce qui correspond aux effets anxiolytiques du linalol.

Comment le linalol affecte-t-il le cerveau ?

Des études indiquent que les effets comportementaux du linalol peuvent être largement médiés par ses effets sur le cerveau. Il bloque notamment les récepteurs de la principale substance chimique excitatrice du cerveau, le glutamate, ce qui pourrait expliquer les propriétés potentiellement anti-épileptiques du linalol dans certaines formes d'épilepsie. Ce terpène a également la capacité de renforcer l'effet d'autres sédatifs, comme le pentobarbital.

En outre, le linalol peut avoir des effets relaxants sur les muscles et soulager la douleur par d'autres mécanismes distincts. Par exemple, le linalol réduit la force de signalisation de l'acétylcholine, une substance chimique du cerveau nécessaire à la contraction musculaire et au mouvement. Le linalol peut avoir des effets de type anesthésique en réduisant l'excitabilité des cellules de la moelle épinière qui transmettent les signaux de douleur au cerveau.

Certaines des capacités de soulagement de la douleur du linalol peuvent être attribuées à l'élévation des niveaux d'adénosine, une substance chimique inhibitrice du cerveau qui est notamment bloquée par la caféine. Ensemble, cette multitude de cibles du système nerveux contribue à ses effets sédatifs, à la réduction de l'anxiété et au soulagement de la douleur.

Ces effets apportent un soutien fondamental aux bienfaits du linalol dans le traitement de la douleur. Dans une étude, des patients obèses ayant subi une intervention chirurgicale pour un anneau gastrique ont été exposés à de la vapeur d'huile de lavande riche en linalol ou à un témoin non parfumé. Seuls 46 % des patients ayant inhalé l'huile de lavande ont eu besoin de médicaments opioïdes postopératoires, contre 82 % dans le groupe témoin. De plus, les besoins en morphine des patients du groupe lavande étaient presque deux fois moins importants que ceux du groupe témoin, ce qui suggère que le linalol peut réduire la nécessité d'un traitement de la douleur postopératoire à base d'opioïdes.

Les bienfaits potentiels du linalol dans la maladie d'Alzheimer 

L'utilisation thérapeutique la plus intéressante du linalol est peut-être son potentiel émergent en tant que nouveau traitement de la maladie d'Alzheimer. La maladie d'Alzheimer (Alzheimer et les bénéfices du CBD) est une maladie progressive et actuellement irréversible causée par l'accumulation de plaques cérébrales et d'enchevêtrements cellulaires qui entraînent une dégénérescence du cerveau. Cette dégénérescence entraîne des troubles graves de la mémoire et des fonctions cognitives. Il n'existe actuellement aucun remède à la maladie d'Alzheimer et les stratégies de traitement actuelles sont largement inefficaces pour récupérer les fonctions. Les scientifiques se sont donc lancés dans une quête pour identifier des techniques qui réduisent les plaques et les enchevêtrements dans le but d'inverser le cours de la maladie et de retrouver une fonction cérébrale normale.

Une étude prometteuse publiée en 2016 désigne le linalol comme un traitement potentiel de la maladie d'Alzheimer. Dans un modèle génétique de souris de la maladie d'Alzheimer, le linalol a inversé bon nombre des déficiences comportementales et cognitives associées à la maladie. En outre, il a réduit le nombre de plaques cérébrales et d'enchevêtrements cellulaires qui définissent la maladie et contribuent à la dégénérescence du cerveau.

Le linalol doit encore surmonter de nombreux obstacles avant de pouvoir être utilisé en clinique. Mais ces études sur la maladie d'Alzheimer, ainsi que des études antérieures démontrant des effets bénéfiques sur la douleur, l'anxiété et la dépression, montrent l'importance de poursuivre les recherches sur les avantages thérapeutiques du linalol et d'autres terpènes du cannabis.

A lire aussi :