(Br Aymeric)

Certains d'entre nous consomment du cannabis pour ses effets psychotropes, tandis que d'autres cherchent à soulager leurs symptômes. Mais le cannabis ne nous ferait pas planer ou n'aurait pas certains de ses bienfaits thérapeutiques si notre corps ne contenait pas un système biologique capable d'interagir avec ses composés chimiques actifs, comme le THC.

C'est précisément ce que fait notre système endocannabinoïde (SCE). Mais il n'est pas là uniquement pour nous permettre de profiter des effets de notre variété préférée. Il joue un rôle essentiel pour notre santé et notre bien-être, car il régule des aspects clés de notre biologie.

Alors, qu'est-ce qu'il fait et comment fonctionne-t-il ?

Qu'est-ce que le système endocannabinoïde et que fait-il ?

Le système endocannabinoïde (SEC) est un système biologique qui a été découvert à la fin des années 80 et au début des années 90, même si beaucoup de choses restent inconnues à son sujet.

Le système endocannabinoïde est composé en grande partie d'endocannabinoïdes, de récepteurs et d'enzymes qui contribueraient à réguler diverses fonctions chez l'homme, notamment le sommeil, l'humeur, la mémoire, l'appétit, la reproduction et la sensation de douleur. Les scientifiques ont encore beaucoup de questions sur le système endocannabinoïde humain et son fonctionnement.

L'homéostasie 

Pour comprendre le système endocannabinoïde humain, il est utile de connaître un peu l'un des concepts les plus fondamentaux de la biologie : l'homéostasie. Et la meilleure façon de comprendre l'homéostasie est de penser à Boucle d'or et aux trois ours.

Ce conte de fées classique illustre l'idée que le meilleur résultat se situe souvent quelque part au milieu, entre deux extrêmes. Nous ne voulons pas que les choses soient trop chaudes ou trop froides, mais juste ce qu'il faut.

L'homéostasie est le concept selon lequel la plupart des systèmes biologiques sont activement régulés pour maintenir les conditions dans une fourchette étroite. Notre corps ne veut pas que la température soit trop chaude ou trop froide, que la glycémie soit trop élevée ou trop basse, etc. Les conditions doivent être idéales pour que nos cellules conservent des performances optimales, et des mécanismes exquis ont évolué pour les ramener dans la zone "Boucles d'or" si elles en sortent.

Le système endocannabinoïde (SCE) de l'organisme est un système moléculaire vital pour le maintien de l'homéostasie ; il aide les cellules à rester dans leur zone "Boucles d'or".

Les éléments clés du système endocannabinoïde (SCE)

En raison de son rôle crucial dans l'homéostasie, le SCE est très répandu dans le règne animal. Ses éléments clés ont évolué il y a longtemps, et le SCE est présent chez toutes les espèces de vertébrés.

Les trois éléments clés du système endocannabinoïde humain sont les suivants :

  • Les récepteurs cannabinoïdes présents à la surface des cellules.
  • Les endocannabinoïdes, petites molécules qui activent les récepteurs cannabinoïdes.
  • Les enzymes métaboliques qui dégradent les endocannabinoïdes après leur utilisation.

Pourquoi avons-nous des récepteurs cannabinoïdes et que sont-ils ?

Les récepteurs cannabinoïdes sont situés à la surface des cellules et "écoutent" les conditions extérieures à la cellule. Ils transmettent des informations sur les changements de conditions à l'intérieur de la cellule, déclenchant ainsi la réponse cellulaire appropriée.

Il existe deux principaux récepteurs cannabinoïdes : CB1 et CB2. Ce ne sont pas les seuls récepteurs cannabinoïdes, mais ils ont été les premiers à être découverts et restent les mieux étudiés.

Les récepteurs CB1 sont l'un des types de récepteurs les plus abondants dans le cerveau. Ce sont ces récepteurs qui interagissent avec le THC pour faire planer les gens.

Les récepteurs CB2 sont plus abondants en dehors du système nerveux, dans des endroits comme le système immunitaire. Cependant, les deux types de récepteurs sont présents dans tout le corps.

Que sont les endocannabinoïdes ?

Les endocannabinoïdes sont des molécules qui, comme le cannabinoïde végétal THC, se lient aux récepteurs cannabinoïdes et les activent. Cependant, contrairement au THC, les endocannabinoïdes sont produits naturellement par les cellules du corps humain ("endo" signifie "dans", comme dans le corps).

Il existe deux principaux endocannabinoïdes : l'anandamide et le 2-AG. Ces endocannabinoïdes sont fabriqués à partir de molécules de type graisse dans les membranes cellulaires et sont synthétisés à la demande. Cela signifie qu'ils sont fabriqués et utilisés exactement au moment où l'on en a besoin, plutôt que d'être emballés et stockés pour une utilisation ultérieure comme de nombreuses autres molécules biologiques.

Anandamide

Dérivée du mot sanskrit "ananda", qui se traduit par "joie", "félicité" ou "plaisir", l'anandamide est parfois appelée "molécule de la félicité". Plus connu scientifiquement sous le nom de N-arachidonoylethanolamine (AEA), ce neurotransmetteur à base d'acide gras fait l'objet de plusieurs études scientifiques qui tentent de déterminer ses effets sur l'homme. Identifiée et nommée pour la première fois en 1992 par Raphael Mechoulam, l'anandamide aurait un impact sur la mémoire de travail et le développement précoce de l'embryon.

2-AG

Le 2-ArachidonoylGlycerol (2-AG) a été décrit pour la première fois en 1994-1995 par Raphael Mechoulam et son étudiant Shimon Ben-Shabat. Alors qu'il s'agissait auparavant d'un composé chimique connu, c'est à ce moment-là que les scientifiques ont pris conscience de son affinité pour les récepteurs cannabinoïdes. Présent à des niveaux élevés dans le système nerveux central, le 2-ArachidonoylGlycerol (2-AG) a été identifié dans le lait maternel bovin ainsi que dans le lait humain.

Les enzymes métaboliques

Le troisième élément de la triade endocannabinoïde comprend les enzymes métaboliques qui détruisent rapidement les endocannabinoïdes dans le système endocrinien une fois qu'ils sont utilisés. Les deux principales enzymes sont la FAAH, qui décompose l'anandamide, et la MAGL, qui décompose le 2-AG.

Ces enzymes veillent à ce que les endocannabinoïdes soient utilisés lorsqu'ils sont nécessaires, mais pas plus longtemps que nécessaire. Ce processus distingue les endocannabinoïdes de nombreux autres signaux moléculaires dans le corps, comme les hormones ou les neurotransmetteurs classiques, qui peuvent persister pendant plusieurs secondes ou minutes, ou être emballés et stockés pour une utilisation ultérieure.

Ces trois composants clés du système endocannabinoïde se retrouvent dans presque tous les systèmes majeurs de l'organisme. Lorsque quelque chose fait sortir une cellule de sa zone "Boucles d'or", ces trois piliers du système endocannabinoïde sont souvent sollicités pour rétablir la situation et maintenir ainsi l'homéostasie.

En raison du rôle qu'il joue en aidant à ramener les choses dans leur zone physiologique de Goldilocks, le SCE n'est souvent sollicité qu'en cas de besoin. Le Dr Vincenzo Di Marzo, directeur de recherche à l'Institut de chimie biomoléculaire en Italie, l'a expliqué de la manière suivante :

"Par 'action pro-homéostatique du SCE', nous entendons que ce système de signaux chimiques est temporairement activé à la suite de déviations de l'homéostasie cellulaire. Lorsque ces écarts sont non physiologiques, le SCE temporairement activé tente, de manière sélective dans l'espace et le temps, de rétablir la situation physiologique antérieure (homéostasie)."

En d'autres termes, le système endocannabinoïde aide à ramener les choses dans la zone biologique de Goldilocks.

Régulation de l'activité des cellules cérébrales par les endocannabinoïdes

Les cellules du cerveau (neurones) communiquent en s'envoyant des signaux électrochimiques. Chaque neurone doit écouter ses partenaires pour décider s'il va envoyer son propre signal à un moment donné. Cependant, les neurones n'aiment pas recevoir trop de signaux, il existe une zone "Boucles d'or". S'ils sont surchargés de signaux, cela peut être toxique.

C'est là que les endocannabinoïdes entrent en jeu.

Considérons un scénario simplifié dans lequel un neurone écoute deux autres neurones.

L'un des deux neurones de sortie peut devenir hyperactif et envoyer trop de signaux au neurone qui écoute. Lorsque cela se produit, le neurone qui écoute produit des endocannabinoïdes spécifiquement à l'endroit où il est connecté au neurone hyperactif. Ces endocannabinoïdes reviennent vers le neurone "bruyant" où ils se lient aux récepteurs CB1, transmettant un signal qui lui ordonne de se calmer. Cela ramène les choses dans la zone de Goldilocks, en maintenant l'homéostasie.

Les endocannabinoïdes voyagent à reculons, d'où leur nom de signaux rétrogrades. La plupart du temps, le flux d'informations entre les neurones est strictement unidirectionnel, des neurones émetteurs qui libèrent des signaux de neurotransmetteurs aux neurones récepteurs qui écoutent ces signaux. Les endocannabinoïdes permettent aux neurones récepteurs de réguler la quantité d'informations qu'ils reçoivent, et ce en renvoyant des signaux rétrogrades (endocannabinoïdes) aux neurones émetteurs trop actifs.

Mais le cerveau n'est pas le seul organe qui doit maintenir l'homéostasie. Chaque autre système de l'organisme, le système digestif, le système immunitaire, le système ECS, etc., doit réguler soigneusement le fonctionnement de ses cellules. Une régulation correcte est cruciale pour assurer la survie.

Régulation de l'inflammation par les endocannabinoïdes

L'inflammation est une réaction de protection naturelle du système immunitaire en réponse à une infection ou à un dommage physique. Le but de l'inflammation est d'éliminer les agents pathogènes (germes) ou les tissus endommagés. La zone enflammée est produite par du liquide et des cellules immunitaires qui se déplacent dans la zone pour faire le sale boulot et ramener les choses dans leur zone de Goldilocks.

Il est important que l'inflammation soit limitée à l'emplacement du dommage et ne persiste pas plus longtemps que nécessaire, ce qui peut causer des dommages. L'inflammation chronique et les maladies auto-immunes sont des exemples d'activation inappropriée du système immunitaire. Lorsque cela se produit, la réponse inflammatoire dure trop longtemps, ce qui entraîne une inflammation chronique, ou est dirigée vers des cellules saines, ce qui est connu sous le nom d'auto-immunité.

En général, les endocannabinoïdes semblent supprimer ou limiter les signaux inflammatoires du système immunitaire. Le professeur Prakash Nagarkatti, vice-président de la recherche à l'université de Caroline du Sud, dont le laboratoire étudie la régulation des réponses immunitaires par les endocannabinoïdes,a expliqué comment le fait d'agir sur le système endocannabinoïde pourrait être un bon moyen de traiter les maladies inflammatoires.

"La plupart de nos recherches démontrent que les endocannabinoïdes sont produits lors de l'activation des cellules immunitaires et peuvent aider à réguler la réponse immunitaire en agissant comme des agents anti-inflammatoires. Ainsi, les interventions qui manipulent le métabolisme ou la production des endocannabinoïdes peuvent servir de nouvelle modalité de traitement contre un large éventail de maladies inflammatoires."

Considérons une réponse immunitaire normale déclenchée par une infection bactérienne. Tout d'abord, les cellules immunitaires détectent la présence de la bactérie et libèrent des molécules pro-inflammatoires qui indiquent aux autres cellules immunitaires de venir se joindre à la lutte.

Des endocannabinoïdes sont également libérés, qui envoient également un signal aux autres cellules immunitaires pour leur demander de l'aide et contribuent probablement à limiter la réponse inflammatoire afin qu'elle ne soit pas excessive. En régulant étroitement l'inflammation, le système immunitaire peut détruire les germes ou éliminer les tissus endommagés, puis s'arrêter. Cela évite une inflammation excessive, permettant aux cellules, et donc à l'organisme, de revenir dans la zone "Boucles d'or".

Autre potentiel thérapeutique des cannabinoïdes

Bien qu'il reste encore beaucoup à découvrir sur le système endocannabinoïde et les diverses utilisations médicales et le potentiel de traitement des cannabinoïdes, certaines conditions ont été identifiées comme des domaines clés du potentiel de recherche. En particulier, les cannabinoïdes peuvent être utilisés pour traiter :

  • Les maladies rénales aiguës et chroniques
  • La maladie d'Alzheimer
  • Les maladies auto-immunes
  • Les maladies cardiovasculaires
  • Les douleurs chroniques.

Avec l'intensification des recherches, cette liste est susceptible de s'allonger considérablement.

Comment les cannabinoïdes végétaux comme le THC et le CBD interagissent-ils avec le système endocannabinoïde ?

Si les cannabinoïdes végétaux ont des effets psychoactifs et médicinaux dans l'organisme, c'est en grande partie parce que nous disposons d'un système endocannabinoïde (SCE) avec lequel ils peuvent interagir. Par exemple, le THC vous fait planer parce qu'il active le récepteur CB1 dans le cerveau. Les endocannabinoïdes comme l'anandamide activent également le CB1.

Alors pourquoi ne sommes-nous pas constamment défoncés ?

Pour deux grandes raisons. Premièrement, le THC n'interagit pas avec les récepteurs CB1 exactement de la même manière que les endocannabinoïdes naturels du corps. Deuxièmement, les enzymes métaboliques qui décomposent rapidement les endocannabinoïdes comme l'anandamide ne fonctionnent pas sur le THC, ce qui fait que le THC reste là beaucoup plus longtemps.

Il est important de se rappeler que les molécules comme les cannabinoïdes et autres neurotransmetteurs interagissent rarement avec un seul type de récepteur, mais souvent avec plusieurs. Le cannabinoïde végétal CBD en est un bon exemple, car il interagit avec de nombreux types de récepteurs dans le cerveau.

Ainsi, si les cannabinoïdes végétaux peuvent activer les mêmes récepteurs cannabinoïdes que les endocannabinoïdes, ils interagissent probablement avec plusieurs autres récepteurs et ont donc des effets distincts.

Le CBD est également intéressant car il peut affecter les niveaux globaux d'endocannabinoïdes dans le cerveau, ce que l'on appelle le "tonus endocannabinoïde". Le CBD inhibe l'enzyme FAAH, qui décompose l'anandamide. Ainsi, le CBD peut augmenter les niveaux d'anandamide en empêchant la FAAH de la décomposer. L'inhibition de l'enzyme FAAH s'est avérée être une stratégie utile pour traiter les troubles de l'anxiété, et certaines des propriétés anti-anxiété du CBD peuvent provenir de sa capacité à inhiber cette enzyme et ainsi augmenter le tonus endocannabinoïde.

Résumé du système endocannabinoïde

Le système endocannabinoïde (SCE), composé de récepteurs cannabinoïdes, de molécules endocannabinoïdes et de leurs enzymes métaboliques, est un système moléculaire crucial que l'organisme utilise pour maintenir l'homéostasie. En raison de son rôle vital dans le maintien des cellules et des systèmes dans leur zone physiologique de Goldilocks, le SCE est étroitement régulé ; il est déployé exactement quand et où il est nécessaire. Toutefois, cela ne signifie pas que l'activation du système de contrôle des émotions, par la consommation de cannabis ou par tout autre moyen, permettra toujours de rétablir la situation.

Comme tout autre système biologique complexe, le SCE peut se dérégler. "Si l'écart par rapport à l'homéostasie physiologique est prolongé, en raison de facteurs externes ou de conditions pathologiques chroniques, le SCE peut perdre son mode d'action sélectif dans le temps et l'espace et commencer à affecter des cellules inappropriées", explique le Dr Di Marzo. "Dans ces cas-là, le système ECS, au lieu d'être bénéfique, peut en fait contribuer à la progression de la maladie."

Il est important de se rappeler que l'activation du SCE, par la consommation de cannabis ou par tout autre moyen, n'est pas une panacée. Comme dans la plupart des domaines de la biologie, c'est compliqué.

En comprenant le principe biologique de la Boucle d'Or (homéostasie) et la façon dont le SCE l'illustre au niveau cellulaire, nous pouvons mieux comprendre pourquoi nous avons un SCE et comment diverses thérapies à base de cannabis peuvent réellement fonctionner. La présence et la fonction critique du système ECS dans de nombreux systèmes de l'organisme, y compris les systèmes nerveux et immunitaire, expliquent pourquoi une si grande variété d'affections et de maladies sont sensibles aux interventions à base de cannabis.

A lire aussi :

Références :

Gunduz-cinar O, Hill MN, Mcewen BS, Holmes A. Amygdala FAAH and anandamide : mediating protection and recovery from stress. Trends Pharmacol Sci. 2013;34(11):637-44. [PDF]

Ligresti A, De petrocellis L, Di marzo V. Des phytocannabinoïdes aux récepteurs cannabinoïdes et aux endocannabinoïdes : Rôles physiologiques et pathologiques pléiotropiques à travers une pharmacologie complexe. Physiol Rev. 2016;96(4):1593-659. [PDF]

Nagarkatti P, Pandey R, Rieder SA, Hegde VL, Nagarkatti M. Les cannabinoïdes comme nouveaux médicaments anti-inflammatoires. Future Med Chem. 2009;1(7):1333-49. [PDF]

Pertwee RG. The diverse CB1 and CB2 receptor pharmacology of three plant cannabinoids : delta9-tetrahydrocannabinol, cannabidiol and delta9-tetrahydrocannabivarin. Br J Pharmacol. 2008;153(2):199-215. [PDF]

Wilson RI, Nicoll RA. La signalisation des endocannabinoïdes dans le cerveau. Science. 2002;296(5568):678-82. [PDF]

Zlebnik NE, Cheer JF. Beyond the CB1 Receptor : Is Cannabidiol the Answer for Disorders of Motivation ? Annu Rev Neurosci. 2016;39:1-17. [PDF]